– La pornographie transforme la violence masculine en excitation sexuelle

Comment la pornographie rend les inégalités sexuellement excitantes

Par Robert Jensen,

THE WASHINGTON POST, le 25 Mai 2016

 

imrs

World Center, commerce de l’industrie du sexe à Times Square, New York. (Mark Lennihan/Associated Press)

L’année dernière dans mon bureau à l’Université, après avoir résumé pour un groupe de jeunes femmes la critique féministe de la pornographie (dont elles n’avaient jamais entendu parler), l’une des étudiantes, au début de la vingtaine, suggéra que les personnes âgées (telles que moi, de 57 ans) sont ringardes par rapport aux jeunes, notamment les jeunes femmes. Oui, une certaine pornographie est détestable, dit-elle, mais ses amies et elles ne s’en inquiètent pas outre mesure – ce n’est que du porno après tout.

Je lui proposai alors une situation hypothétique afin de tester cette affirmation : Imagine que deux hommes te demandent de sortir avec eux. Ils sont tous deux équivalents sur tous les critères qui comptent pour toi – sens de l’humour, intelligence, apparence – la seule différence étant que l’un d’eux se masturbe régulièrement en regardant de la pornographie en ligne et l’autre ne le fait jamais. Avec lequel serais-tu le plus encline à sortir?

L’étudiante grimaça et reconnu qu’elle choisirait celui qui ne regarde pas de pornographie.

Pourquoi cet écart entre l’engagement à être porn-friendly et la préférence pour un partenaire qui n’en regarde pas ? Le dialogue, avec ces étudiantes et plusieurs autres jeunes femmes, révèle que celles-ci savent ce qu’est la pornographie et la façon dont les hommes l’utilisent, mais ont un sentiment de résignation par rapport à la culture populaire contemporaine.

Les pornographes commerciaux veulent nous faire croire que leur produit n’est que la représentation sur pellicule d’une activité sexuelle régulière. Bien qu’il existe des variations considérables dans le matériel graphique sexuellement explicite, la pornographie la plus courante est la domination masculine sexualisée, dont le genre gonzo repousse toujours plus loin les frontières de la dégradation et de la cruauté envers les femmes. Au-delà du matériel extrême produit par l’industrie de la pornographie « légitime » se trouvent des genres encore plus dégradants qui sexualisent toutes les formes d’inégalités possibles, particulièrement le racisme. À la base, c’est ce que fait la pornographie : elle rend les inégalités sexuellement excitantes.

Oui, des femmes utilisent aussi la pornographie – beaucoup plus maintenant que par le passé – mais quand même encore beaucoup moins que les hommes. Il suffit de demander aux pornographes pour qui ils font ces films : Les consommateurs principaux sont des hommes. Du reste, dans une société patriarcale, il est rentable d’érotiser la subordination des femmes aux hommes, ce qui devient alors une dimension de la routine masturbatoire masculine. Les femmes hétérosexuelles veulent-elles des partenaires dont l’imagination sexuelle a été façonnée et conditionnée par la subordination des femmes?

De nombreuses jeunes femmes m’ont dit que la pornographie est tellement omniprésente qu’elles se sont résignées à fréquenter des hommes qui en consomment. « ça ne sert à rien de leur demander de ne pas le faire », me dit l’une d’entre elles, « parce qu’ils continueront ». Il est probable que certaines femmes affirment ne pas être dérangées par la pornographie tout simplement parce qu’elles estiment qu’il n’y a pas d’autres choix pour elles.

Dès les années 1970, une critique féministe de la pornographie offrait une alternative. Afin de mieux comprendre et de contester les violences masculines, des féministes ont analysé et ont dénoncé le sexisme et la misogynie, non seulement dans la pornographie, mais aussi à la télévision, dans les films, la publicité et la musique – qui présentent tous systématiquement des corps féminins objectivés pour le plaisir sexuel masculin. Sur tous les plans des médias de masse nous avons perdu du terrain au cours des dernières décennies, alors que la culture sexiste est devenue plus agressive et l’exploitation sexuelle des femmes toujours plus banalisée. Triste ironie : la trajectoire de la pornographie hardcore depuis la périphérie vers le centre de la culture populaire démontre que les féministes radicales des décennies précédentes avaient vu juste.

Cette alternative féministe est disponible pour les hommes et les femmes. Tandis que les hommes se rendent de plus en plus compte que leur utilisation de pornographie mine leur capacité à vivre leur intimité, de sorte qu’il est difficile pour eux d’accomplir une performance sexuelle sans avoir en tête une séquence pornographique, cette alternative devrait être convaincante pour tout le monde.

Ceci n’est pas un appel à reprendre un contrôle conservateur de la sexualité des femmes, mais un argument contre l’exploitation des femmes par les hommes et pour une éducation sexuelle égalitaire. C’est un appel à la lutte contre « la crise de santé publique de l’ère numérique » comme l’appelle le mouvement Culture Reframed.

Durant les 30 premières années de ma vie, j’étais un mec « normal » qui utilisait du matériel porno. Bien que c’était à l’époque pré-internet et d’une forme moins extrême, je me sentais toujours mal à l’aise avec la façon dont ce matériel façonnait mon imaginaire sexuel. Le féminisme m’a donné le cadre, non seulement pour me défaire de la pornographie, mais aussi pour combattre la façon dont la domination masculine définit une si grande partie de nos interactions sexuelles. A la manière dont je contemple les trente prochaines années de ma vie à vivre dans ce cadre féministe, je peux dire sans hésitation que jamais je ne voudrais redevenir « normal »…

Robert Jensen est docteur en droit & éthique des médias. Il est professeur d’Université à l’École de journalisme de Austin, au Texas. Il a également travaillé comme journaliste professionnel. Il est l’auteur de Getting Off: Pornography and the End of Masculinity (Débander : La pornographie et la fin de la masculinité) et The End of Patriarchy: Radical Feminism for Men (La fin du Patriarcat : le féminisme radical pour les hommes.)

Son site internet : http://robertwjensen.org

Tous ses articles sur la pornographie: http://robertwjensen.org/articles/by-topic/gender-sexuality-and-pornography/

Vous pouvez le suivre sur twitter : @jensenrobertw

TRADUCTION : Claudine G. pour le Collectif Ressources Prostitution

POUR ALLER PLUS LOIN :

Nos traductions sur l’industrie pornographique : https://ressourcesprostitution.wordpress.com/tag/pornographie/

Nos dossiers de presse en ligne : https://ressourcesprostitution.wordpress.com/pornographie/

Enregistrer

Advertisements