– PROSTITUEURS/JOHNS –

Resources :

In English:

En français :

Nous faisons le raisonnement suivant : les prostituées sont prosti-tuées à cause des prosti-tueurs. Si l’on reconnaît le verbe prostituer, l’existence de personnes prostituées désigne implicitement celle de prostitueurs, un mot qu’utilisait déjà Flaubert il y a 150 ans et que nous nous réapproprions ici.

Nous refusons le terme neutre et confortable de « client » qui invisibilise la responsabilité absolue du client-prostitueur dans le système prostitutionnel. En effet sans « client » prostitueur, sans « demande », il n’existe plus d' »offre », plus de prosti-tuées, plus de proxénètes, plus de réseaux, plus de trafics.

Le prostitueur lambda est la condition de possibilité du système prostitueur, sa cause principale. Le proxénète, finalement, ne fait que répondre à sa demande. Sans le marché des hommes qui font ce choix, pas de proxénètes. Il est donc anormal que seuls les proxénètes soient pénalisés.

Les mal nommés « clients » sont des prostit-tueurs en ce sens qu’ils sont la raison et la cause essentielle du système et de toutes ses violences, il sont directement responsables du proxénétisme et de la traite puisque que ce sont eux qui les alimentent, et même en dehors de ces situations les plus extrêmes (mais massives), ils sont directement responsables de la violence inhérente à toute situation prostitutionnelle (le besoin d’argent constituant a minima une contrainte déterminante même dans les démarches dites « volontaires ».) La prostitution, c’est un acte sexuel imposé, sous contrainte, celle de l’argent ou pire, celle d’un tiers. C’est une violence sexuelle, perpétrée par eux. Il faut aller sur les forum internet des « clients » (des extraits en anglais ici et en français ici) pour constater leur vocabulaire commun avec les violeurs et la culture du viol qui y règne, notamment celle de l’industrie pornographique.

Une vision réaliste de ces acheteurs, trop facilement excusés par la tradition ou par des théories fumeuses, justifie à nos yeux l’avancée du modèle dit nordique qui, dans les pays scandinaves, responsabilise, dissuade et parfois pénalise (un peu) les hommes qui font ce choix.

cropped-grand.jpg

Enregistrer

Enregistrer

Publicités