– Pornographie, violence et appropriation sexuelle : une réalité indicible

Pornographie, violence et appropriation sexuelle : une réalité indicible

par Laura McNally

paru sur ABC, le 29 mai 2015

r1430832_20644371

Une jeune femme se tient dans une pièce, entourée de nombreux hommes. Elle dit aux hommes qu’elle suit un cours en études féministes à l’université. En réponse, ils l’attrapent à la gorge pour la faire taire. Puis la giflent et la déshabillent.

Ce qui se passe ensuite est trop abominable pour être relaté. Quand les hommes en ont terminé (NDLT : de la torturer sexuellement), ils lui demandent : « Qu’est-ce que tu penses du féminisme maintenant ? ».

Cette femme dans ce film a déclaré, plus tard, qu’elle n’était pas à l’aise avec ce qui s’était passé. Mais apparemment, il ne s’agissait pas d’une agression sexuelle mais d’une forme d’expression sexuelle – dite « pornographie ».

En effet, la représentation de la violence sexuelle est souvent promue comme une expression des droits des femmes. « Vous pourriez faire un porno où une fille est étranglée, frappée et crachée dessus, avec un type qui la traite de salope, de grosse truie, et ce serait ok. Ça peut encore être féministe », estime Joanna Angel, qui s’auto-décrit comme actrice de « porno féministe ».

Une telle violence pornographique est symptomatique d’une tendance plus large et globale. Cette tendance passe par l’exploitation brutale, souvent observée à l’aube des désastres économiques et écologiques, où des femmes vulnérables sont spécifiquement ciblées avec violence et contraintes à l’esclavage sexuel ; par la prolifération de nouvelles formes d’objectification sexuelle, comme le recours à la labiaplastie, ou encore les hommes qui usent de chantage pour obtenir que des filles de plus en plus jeunes leur envoient des images pornographiques, les agressions sexuelles entre enfants et les nouvelles technologies de l’industrie sexuelle mondiale ; enfin par l’écart toujours plus grand entre les rémunérations des hommes et des femmes et la féminisation grandissante de la pauvreté.

En Australie par exemple, la plupart des crimes violents sont en déclin, mais les taux de violences conjugales et sexuelles sont entrain d’exploser. La violence sexuée s’est accrue au point que désormais deux femmes sont tuées chaque semaine – deux fois plus que la moyenne historique. Au moment où j’écris ces lignes (mai 2015), 35 femmes ont été tuées en Australie pour cette année seulement, majoritairement par des partenaires masculins. (NDLT : il faut rapporter ce chiffre à la population australienne : 24 millions d’habitantEs, en France en comparaison par exemple, pour 70 millions d’habitantEs,, environ une femme meurt tous les deux jours sous les coups de son compagnon…)

Alors que ce pic de meurtres a déclenché beaucoup d’agitation relative au problème de la violence masculine envers les femmes, non seulement des coupes dans les budgets des services de refuge et de soutien aux femmes ont été faites, mais on a aussi notablement refusé de s’occuper des attitudes sexistes qui mènent à une telle violence en premier lieu.

Il existe des preuves importantes que les ados d’aujourd’hui sont plus sexistes que ceux de la génération de leurs grands-pères, en particulier concernant les attentes sexuelles. La campagne de prévention « The Line » en Australie a permis de montrer qu’un homme australien sur quatre pense qu’il est normal des hommes puissent contraindre des femmes à des actes sexuels. Ce qui entraîne une nette augmentation des condamnations de mineurs pour agression sexuelle, un problème jamais observé auparavant.

Alors que les conceptions traditionnelles du genre et des rapports sociaux de sexe étaient jusque là inscrites dans des lois et des normes sociales, les hommes et les femmes, aujourd’hui, ont des rôles plus égaux que par rapport aux générations antérieures. D’où vient ce sexisme flagrant et renouvelé envers les femmes ? Paul Linossier, dirigeant de « Our Watch », une organisation qui mène campagne contre les violences conjugales, estime que le problème fondamental vient des comportements envers les femmes :

« Nous devons aller à la source du problème et comprendre que derrière le contrôle des femmes par les hommes et les féminicides réside deux éléments moteurs : l’inégalité des sexes et l’attachement aux stéréotypes de genre traditionnels et rigides. »

En matière d’égalité des sexes plus globale, l’Australie s’en tire plutôt bien. L’Australie se targue d’une approche assez moderne et égalitaire de la participation économique et politique des femmes. Et pourtant, il existe une autre dimension de l’inégalité femmes-hommes dont on ne se préoccupe pas souvent. Un nombre incalculable d’études montrent le rôle de la « culture crade » occidentalisée dans le développement du sexisme – en fait, la pornographie et son omniprésence dans la vie de tous les jours.

L’accès à la pornographie est peut-être le changement le plus prononcé traversant les dernières générations. On peut désormais y être exposé dès l’âge de 9 ans, en moyenne à 11 ans, et les garçons âgés de 12 à 17 ans constituent le groupe le plus important des consommateurs de pornographie. L’époque du Playboy caché sous le matelas de papa est bien révolue ; aujourd’hui, le type de pornographie la plus communément vue contient des injures cinglantes et des agressions sexuelles ultra violentes contre les femmes, et ce dans près de 90 % des films accessibles gratuitement – en fait, quasi impossibles à éviter – sur Internet.

La police australienne a depuis longtemps perçu le lien entre pornographie et violence sexuelle, pourtant cette relation est en permanence rejetée par celles et ceux qui avancent que le porno serait sexuellement libérateur. Les toutes premières études épistémologiques sur le porno obtenaient des résultats ambivalents, mais aujourd’hui les preuves s’accumulent. Une méta-analyse de 2010 a passé en revue toutes les études des années 1980 à nos jours ; elle a établi qu’une forte corrélation existait entre l’exposition à la pornographie et la propension aux violences sexuelles. L’agence publique australienne VicHealth a publié en 2006 les résultats suivants dans leur revue :

« L’exposition à de la pornographie violente augmente chez les hommes spectateurs ainsi que l’acceptation des mythes sur le viol qui les désensibilise à la violence sexuelle et érode leur empathie envers les victimes de violence, comme elle génère des attitudes plus brutales envers les femmes victimes… Les adultes font preuve également d’une augmentation des comportements agressifs après avoir été visionné de la pornographie, et particulièrement, encore, de la pornographie hardcore. »

Non seulement les recherches montrent le rôle de la pornographie, mais les pourvoyeurs de services sur le terrain en donnent un témoignage de première main. Nathan DeGuara, gérant de l’association contre les violences masculines Men’s Referral Service, a observé une forte corrélation entre la pornographie et les violences conjugales, et notamment l’augmentation des attentes sexuelles directement connectées avec l’utilisation de pornographie. Di McLeod, directrice du Gold Coast Centre for Sexual Violence, déclare ceci au sujet de la violence des partenaires sexuels :

« Ces dernières années, nous avons relevé une énorme augmentation des viols de femmes allant de 14 ans à plus de 80 ans par leur partenaire sexuel. Le plus grand dénominateur commun aux agresseurs est la consommation de pornographie… Nous avons observé une immense augmentation des séquestrations, blessures physiques, de torture, des femmes droguées, filmées, et des vidéos partagées sans leur consentement. J’ai fondé ce centre il y a 25 ans, et ce qui est désormais considéré comme la norme en 2015 est terrifiant. »

Une recherche britannique récente montre que la moitié des adolescentes sont forcées d’exécuter des actes sexuels non désirés. Des mineures se retrouvent avec des maladies d’incontinence intestinale et des déchirures anales à cause de leurs copains qui insistent pour reproduire les scénarios pornographiques qu’ils ont regardé. A la pointe extrême du spectre, on trouve en ligne des forums entiers consacrés à des hommes célébrant des histoires de viols et d’agressions sexuelles. Selon des sites comme The Philosophy of Rape, il est « absolument justifié » que les hommes aient droit à des rapports sexuels, même par la force, si les femmes ne fournissent pas ce dont ils ont « besoin ». C’est le monde que le porno a construit, et la génération du 21e siècle est la première à complètement en faire l’expérience.

De jeunes femmes s’expriment également sur la façon dont les attentes pornographiques sont devenues la norme de leur génération. Rosie, âgée de 23 ans, déclare ceci au sujet de ses expériences : « On m’a dit que mon réflexe de haut-le-cœur était trop fort… J’ai été harcelée pour que je me soumette à des éjaculations faciales. Je ne le voulais pas. Il a dit [en blaguant] qu’il éjaculerait sur mon visage quand je serai endormie. Il ne blaguait pas – je me suis réveillée alors qu’il se branlait au dessus de moi… J’ai été harcelée pour essayer la sodomie. Ça faisait tellement mal que je l’ai supplié que ça s’arrête. Il s’est arrêté, puis il s’est plaint que j’étais trop « sensible »… Il a continué de me le demander. Il demandait en permanence des plans à trois… En permanence de nous filmer… Toute les filles hétéros que je connais ont eu des expériences similaires. Absolument. Toutes. Les filles. Certaines ont fait l’expérience de bien pire. Certaines ont cédé, certaines ont résisté, toutes se sont senties coupables et embarrassées de ne pas… lui avoir donné ce qu’il voulait. »

En dépit de la gravité des témoignages comme celui de Rosie, il ne persiste que très peu, quand elle existe, de critique de la pornographisation qui n’est pas immédiatement rejetée car perçue comme censure, pudeur ou puritanisme.

L’utilisation d’arguments éculés tels que la « diversité » ou le « libre choix » a mené à un déni intense des nuisances de la pornographie. L’étendu du déni pro-porno est tel que désormais on en vient à l’emballer et la présenter comme une espèce de droits des femmes. On trouve certainement derrière ce déni un fossé générationnel, mais c’est également la présence d’un écheveau industriel et politique important qui joue. Des groupes de pression qui s’auto-qualifient progressistes ou même féministes travaillent dur à réduire la législation, taxant d’ « anti-sexe » toute personne qui s’oppose à leur programme.

Mais la prolifération de l’industrie du sexe se produit partout, dans la vie de tous les jours, avec strip-tease et mannequinat pornographique répandu sur les réseaux sociaux, dans la culture pop et la pub, et même se développant dans les soi-disant sports de fitness. L’industrie du sexe est bien loin d’être stigmatisée, elle est de plus en plus considérée comme un projet de carrière par les jeunes filles.

Cet emballage glamour cache une dangereuse réalité. En dépit des déclarations répétées sans cesse que « les adultes consentants choisissent », le choix devient en vérité de plus en plus restreint, en particulier pour les personnes jeunes et vulnérables.

Le déni du rôle de l’industrie du sexe dans la perpétuation du sexisme et son nouvel étiquetage « féministe » constituent une entrave sérieuse à la lutte contre les inégalités de genre. Alors qu’on soulève la question de la réduction des violences conjugales et sexuelles en Australie par exemple, on est remarquablement silencieux quand la violence a lieu dans la pornographie. Trop de femmes militantes restent complices de l’appropriation sexuelle et la violence brute que cette industrie est en train de normaliser.

Alors que des campagnes encouragent à de plus longues peines de prison pour maintenir les agresseurs sexuels hors de la société, ça ne changera pas le terreau qui tire de plus en plus de jeunes hommes vers cette voie dangereuse. La police ne peut résoudre le problème par des arrestations, tout comme l’éducation sexuelle ne peut corriger une socialisation de toute une vie.

Les manifestations et rassemblements contre les violences conjugales se poursuivent, les discussions continuent de défaire l’appropriation masculine, et pourtant la poutre dans notre œil reste inquestionnée. Un des moteurs du sexisme les plus omniprésent et inévitable est apparemment invisible. Pour lutter contre la violence sexiste, les militant.e.s doivent mettre en cause le mensonge qui affirme que la pornographie est progressiste.

Laura McNally

Laura McNally termine un doctorat de psychologie sociale, elle est consultante et a écrit de nombreux articles. Ses recherches s’inscrivent dans les théories critiques et féministes. Elle a participé au recueil « The Freedom Fallacy : Limits of Liberal Feminism » [Une fausse idée de la liberté. Les limites du féminisme néolibéral, non-traduit].

son site internet : https://lauramcnally.com/

La suivre sur Twitter : https://twitter.com/LauraGeneM

Source : http://www.abc.net.au/religion/articles/2015/05/29/4245269.htm

TRADUCTION : B. pour le Collectif Ressources Prostitution.

POUR ALLER PLUS LOIN :

Nos traductions sur l’industrie pornographique : https://ressourcesprostitution.wordpress.com/tag/pornographie/

Nos dossiers de presse en ligne : https://ressourcesprostitution.wordpress.com/pornographie/

Publicités