– Amnesty International crée un nouveau droit de l’homme : celui de vendre et d’acheter la sexualité d’autrui

C’est maintenant officiel – Amnesty International crée un nouveau droit de l’homme : celui de vendre et d’acheter la sexualité d’autrui

Amnesty Don't turn

CATW International

Le 27 mai 2016

AMNESTY A TOURNÉ LE DOS AUX FEMMES

Près d’un an après l’annonce par Conseil international d’Amnesty d’une proposition sur la prostitution (qu’elle préfère appeler « travail du sexe »), le Conseil international de l’organisation vient de publier sa politique mondiale appelant les gouvernements à décriminaliser le proxénétisme, la tenue de bordels et l’achat de sexe. En date du 26 mai 2016, Amnesty a donc officiellement adopté un cadre de travail qui orientera ses activités de plaidoyer pour soutenir les exploiteurs, plutôt que les personnes exploitées.

CATW, ainsi que des survivantes du commerce du sexe et d’autres militantes pour les droits des femmes et des droits humains, continueront à exhorter Amnesty à réévaluer sa politique. Au lieu de prôner une décriminalisation générale de l’industrie du sexe, Amnesty doit appeler les gouvernements à décriminaliser uniquement les personnes prostituées – et non leurs exploiteurs. Elle ne doit permettre ni aux proxénètes, aux trafiquants et aux propriétaires de bordels, qui tirent profit de ce commerce mondial multimilliardaire, ni aux acheteurs de sexe, qui l’alimentent l’industrie, de violenter brutalement des femmes en toute impunité.

Rappelons que la décision d’Amnesty de légitimer le commerce du sexe est une violation flagrante des principes des droits de la personne et de plusieurs conventions internationales à cet effet, y compris la Déclaration universelle des droits de l’homme, la Convention de 1949 pour la répression de la traite des êtres humains et de l’exploitation de la prostitution d’autrui, le Protocole de Palerme et la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDAW). Comme nous allons continuer à faire obstacle à cette politique dévastatrice, notre pétition sur le site Change.org restera active jusqu’à ce que nous ayons réussi à inverser la politique préconisée par Amnesty d’une décriminalisation générale de l’industrie du sexe.

En octobre 2015, dans le cadre d’une Journée mondiale d’action contre la proposition d’Amnesty, nous avons diffusé une Déclaration mondiale exhortant cette organisation à appuyer les droits de la personne, en particulier ceux des femmes. Si vous vous reconnaissez parmi le genre de personnes ayant signé ce texte, veuillez rejoindre les signataires qui rejettent déjà en masse la décision d’Amnesty de mettre en danger la vie d’innombrables femmes et jeunes filles en les condamnant à l’exploitation sexuelle commerciale.

Une organisation de défense des droits de la personne a le devoir de protéger les plus marginalisées d’entre nous, surtout celles qui manquent de véritables choix. Amnesty est la première et la plus importante organisation populaire de défense de droits humains au monde. Avec cette nouvelle politique de feu vert à la prostitution comme source d’emploi et d’autonomisation pour les femmes, Amnesty a perdu sa vision d’un monde où chaque être humain a le droit de vivre avec dignité, à l’abri de la violence. Cependant, nous espérons que Amnesty saura un jour retrouver sa mission et sa crédibilité, ainsi que le respect du droit international, et qu’elle combattra à nouveau pour les droits humains de l’ensemble des personnes.

D’ici là, c’est maintenant officiel: Amnesty préconise le droit d’être souteneur, d’acheter du sexe, et de tirer profit de la vente d’actes sexuels au détriment des femmes et des filles partout dans le monde.

Voici quelques façons dont VOUS pouvez vous impliquer:

Renseignez-vous sur ce dossier.

Lisez « La création d’un apartheid de genre : Amnesty International et de la prostitution » (aussi en version espagnole et anglaise), une analyse de Taina Bien-Aimé, directrice générale de CATW. Vous trouvez encore plus d’articles et de messages sur notre curation Pinterest : https://fr.pinterest.com/ressourcespros/amnesty-scandale-international-in-french-english/ et sur la Liste de lectures assemblée par CATW au sujet de la politique nocive d’Amnesty International en matière de prostitution.

Joignez-vous à la conversation qu’anime CATW sur les médias sociaux comme Twitter.

Adressez sans cesse des messages à @Amnesty et à ses sections en utilisant le hashtag #NoAmnesty4Pimps. Demandez-leur d’être solidaires des exploitées et non des exploiteurs.

Ajoutez votre signature à notre Déclaration mondiale et signez également la pétition affichée sur Change.org. Faites passer!

Version française : TRADFEM

Version originale : http://www.catwinternational.org/Home/Article/665-its-official-amnesty-international-creates-the-human-right-to-pimp-and-purchase-sexual-acts

Publicités