– Comparaison entre acheteurs et non-acheteurs de sexe – une étude de Melissa Farley

Dans une étude approfondie, «Comparing Sex Buyers with Men Who Don’t Buy Sex»* (Comparaison entre acheteurs et non-acheteurs de sexe), Melissa Farley, Ph.D., directrice-fondatrice de l’organisation Prostitution Research & Education, compare les caractéristiques des hommes qui achètent des services sexuels aux caractéristiques des hommes qui ne le font pas. Outre leur implication dans la prostitution, les hommes interrogés ont révélé des attitudes et des comportements étonnants face à la sexualité et aux femmes.

 

Voici dix choses que vous ne saviez peut-être pas à propos des acheteurs de sexe:

 

1.     Les répondants ont signalé avoir acheté des services sexuels pour la première fois à l’âge de 21 ans, en moyenne.

 

2.     25% des acheteurs de sexe s’étaient rendus dans un autre État des USA quand ils ont utilisé des femmes à des fins de prostitution.

 

3.     41% des acheteurs de sexe ont sciemment utilisé à des fins de prostitution une femme qui était sous le contrôle d’un proxénète.

 

4.     66% des acheteurs de sexe disent avoir constaté que la majorité des femmes sont attirées, trompées ou victimes de la traite dans la prostitution.

 

5.     74% des acheteurs de sexe ont déclaré avoir tiré leur éducation sexuelle de la pornographie.

 

6.     Les acheteurs ont été plus de sept fois plus nombreux que les non-acheteurs à reconnaître qu’ils violeraient une femme s’ils pouvaient le faire impunément et sans que personne d’autre ne l’apprenne.

 

7.     Les acheteurs de sexe sont beaucoup plus susceptibles que les non-acheteurs de commettre des infractions, des délits, des crimes de violence contre les femmes, des crimes liés à la drogue, des agressions, des crimes avec usage d’armes et des crimes contre l’autorité.

 

8.     89% des acheteurs de sexe ont déclaré qu’ils seraient dissuadés d’acheter des relations sexuelles si leur nom risquait d’être inscrit à un registre de délinquants sexuels.

 

9.     90% des acheteurs de sexe ont déclaré qu’ils seraient dissuadés d’acheter du sexe s’ils risquaient une amende comprise entre 1 000$ et 2 000$.

 

10.   100% des acheteurs de sexe ont déclaré qu’ils seraient dissuadés d’acheter du sexe s’ils risquaient une peine d’emprisonnement d’un mois.

 

Bridget Battistoni est directrice exécutive de l’organisation REST: Real Escape from the Sex Trade.

 

melissa-farley-mansfield-conference-2014-2

Publicités